Interview de Pascal Marchand, intervenant stage "Le syndicalisme face à l’extrême droite" du 20/21 novembre

mercredi 8 octobre 2014
par  fsu31
popularité : 40%

[*1) Elections présidentielles, adhésions aux idées, les sondages actuels montrent une progression importante et inquiétante du Front National. En es-tu étonné ? Comment l’expliques-tu ?*]
Dans les années 1990, on pouvait penser que l’extrême droite était quasiment une espèce en voie de disparition. Ses scores électoraux étaient faibles. On voyait se construire des espaces d’échange entre pays, cultures, notamment pour les générations montantes. Dans les années 2000, avec la communication mondialisée et les technologies de la communication, on pouvait imaginer que les replis identitaires allaient totalement disparaître. Et il y a eu d’abord le 21 avril 2002, puis l’intensification des discours identitaires jusqu’au Grand débat sur l’identité nationale, qui a ouvert en grand la porte au discours d’extrême droite. Aujourd’hui, il n’y a plus honte à revendiquer son vote FN, face à une classe politique complètement décrédibilisée.
[*2) Quelles sont les stratégies du FN pour s’implanter dans les organisations et associations en général, et dans les syndicats en particulier ?*]
Le FN profite du brouillage idéologique qui veut que toutes les politiques se valent, qu’il n’y a qu’une voie possible si on est réaliste et responsable, même si on peut aménager aux marges, et que les idéologies ont disparu. N’importe qui peut se réclamer de Jaurès ou de Gaulle sans aucune cohérence. Le FN a compris que les classes les moins favorisées étaient complètement oubliées des partis de gouvernement qui ne s’intéressent qu’aux indices de croissance, de compétitivité et aux critères de convergence. Il s’est habillé d’un discours emprunté à la gauche, voire à l’extrême gauche, pour se faire le porte-parole des sans-voix (ou qui se vivent comme tels). Il n’hésite pas à cacher ses programmes discriminatoires sous des discours misérabilistes, compatissants, mais aussi et surtout revanchards.
[*3) A ton avis, comment peut-on contrer cette montée en puissance ?*]
D’abord continuer à marteler que le FN n’est pas un parti comme les autres et que ce n’est pas parce que ses idées sont de plus en plus diffusées (par des médias en recherche de bons clients et de sensationnalisme) qu’elles sont devenues acceptables. Ensuite, décrypter ses discours pour en saisir la vraie nature. Par exemple, la proposition d ?un "protectionnisme intelligent" lui fournit le point de jonction génial et idéal entre la rhétorique économique et la rhétorique identitaire et autorise l ?expression des valeurs nationalistes et des mesures discriminatoires, notamment à l ?égard des migrants : ce n ?est pas du racisme, c ?est de la logique économique.
Enfin, ne pas se laisser abuser : le FN n’est pas un parti égalitaire, c’est le parti des droits pour certains, celles et ceux qu’il choisit, et de l’exclusion pour les autres. Ce n’est pas un parti solidaire et populaire, c’est le projet d’une élite autoritaire et belliqueuse.
Un article sur l’analyse du discours économique du FN :http://pascal-marchand.fr/spip.php?...


Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 16 novembre 2018

Publication

296 Articles
Aucun album photo
2 Brèves
1 Site Web
2 Auteurs

Visites

5 aujourd’hui
79 hier
36344 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés