Contre la répression du mouvement social et la remise en cause du droit de manifester

jeudi 7 mars 2019
par  fsu31
popularité : 14%

Communiqué de la LDH 31, CGT 31 et FSU 31

Contre la répression du mouvement social
et la remise en cause du droit de manifester

7 mars 2019

Depuis la naissance du mouvement des « gilets jaunes », la répression contre celles et ceux qui contestent l’ordre social établi est inédite. Fouilles et contrôles en amont des manifestations, saisie de matériels de protection (masques, lunettes, etc.), dispersions des manifestations avant interpellations, gazages, utilisation de LBD et de grenades, arrestations violentes, matraquages, gardes à vue, condamnations à de lourdes amendes, voire à des peines de prison se multiplient lors de chaque épisode.

Ces pratiques violentes et autoritaires ont désormais franchi un cap et la loi dite « anticasseurs » constitue en réalité une grave remise en cause du droit de manifester en lui-même : elle permettra notamment les interdictions préfectorales de manifester sans intervention d’un juge ni possibilité d’un débat contradictoire, l’extension des possibilités de fouille, la transformation en délit du fait de « dissimuler volontairement tout ou partie de son visage sans motif légitime ».

Par ailleurs, depuis le début du mouvement, de très nombreuses personnes ont été déférées devant les juridictions correctionnelles en comparution immédiate et souvent condamnées, parfois à des peines d’emprisonnement lourdes. Les personnes interpellées sont inscrites au fichier de traitement des antécédents judiciaires quand bien même les poursuites à leur encontre sont abandonnées, leurs empreintes sont relevées.

Depuis le mois de novembre, le nombre de blessés a, selon des sources concordantes, dépassé les 2000, parmi lesquels de nombreux-ses citoyen-nes mutilé-e-s par des grenades ou par des tirs de « lanceurs de balles de défense » : mains arrachées, yeux crevés, mâchoires enfoncées, blessures diverses. Il faut ici rappeler que la France est le seul pays d’Europe dans lequel sont utilisées des armes de guerre contre les manifestant-e-s.

Les organisations signataires appellent solennellement le gouvernement et les autorités françaises à revenir à la raison.

Elles demandent d’ores et déjà que soient prises les mesures impératives pour mettre fin à la multiplication des drames, telles que l’interdiction des « flashballs », des LBD 40 et des grenades de désencerclement dites GLI 4.

Elles rappellent leur ferme opposition à la loi de restriction du droit de manifester et appellent au respect des droits fondamentaux de tous les citoyen-ne-s et travailleur-se-s.


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

samedi 6 juillet 2019

Publication

332 Articles
Aucun album photo
2 Brèves
1 Site Web
2 Auteurs

Visites

6 aujourd’hui
28 hier
48245 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés